Dimanche 27 janvier 2013 7 27 /01 /Jan /2013 17:52

    Je vous l'avais promis : voici cette journée inaugurale de mon appartenance à Maîtresse E.

 

    C'était donc le jeudi 22 septembre 2011.

 

J'étais très impatiente, à la fois envahie d'un violent désir et... à la fois inquiète ...(qu'allait me demander Maîtresse? comment se comporterait-Elle? quels engagements voudrait-Elle de moi? etc...)

 

Rendez-vous à 13h30 à un hôtel discret, au pied de la Gineste (c'est un petit hôtel charmant, visiblement lieu de rendez- vous de nombreux amoureux...vraisemblablement illégitimes...).

 

Le matin dès que mon Epouse a quitté la maison je fais une "toilette intime" comme me l'avait demandé Maîtresse (lavement anal).

 

Au travail, je n'avais pas la tête à l'ouvrage, vous vous en doutez. J'avais prévu de prendre un demi RTT, et j'ai un peu anticipé l'horaire de départ.

 

Avant de partir, nouvelle toilette intime rapide et habillage (bas résille, petite culotte).

 

J'ai enfourché mon vélo et me voilà filant à toutes jambes vers mon destin. Petit arrêt chez un fleuriste pour lui prendre une rose...jaune (mon idée est d'y accrocher la clé de ma cage pour la lui offrir).

 

Fidèle à ma tête d'écervelée, j'avais coupé à ses explications et bien entendu l'hôtel auquel je pensais n'étais pas le bon...

 

J'ai fini par y arriver mais seulement après l'avoir appelée pour avoir des précisions sur sa localisation ("mauvais point" m'étais-je dit alors).

Je lui ai alors envoyée  un sms et en réponse, Maîtresse m'appelle pour me dire de l'y attendre car Elle aura un peu de retard.

 

Je suis sur le parking dans un coin d'ombre car la journée est chaude et ensoleillée.

A chaque bruit de voiture qui passe dans la rue adjacente, mon coeur s'accélère, la tension monte...Est-ce Elle?

 Je me mets aux aguêts, écoute le bruit de la voiture qui manoeuvre pour entrer...Ah, ce n'est qu'un couple. Une fois de plus ce n'était donc pas Elle qui venait!

 

Combien de fois est-ce arrivé? je ne sais plus, mais le temps passant, je m'inquiète.

Serait-ce finalement un lapin comme cela arrive si souvent?

 

Alors que je suis en train de me prendre le chou avec un couple qui a failli rouler avec leur voiture sur mon vélo, une voiture pénètre sur le parking. Je jette un oeil rapide et là...surprise!

Je panique... j'hésite... Si je ne me laisse pas suffisamment de temps, le couple va me voir baiser ses pieds et si je traîne trop, Maîtresse va penser que je manque d'empressement!  

 

"bon, allez, secoue-toi! il faut savoir ce que tu veux !" pensais-je." Il faut que tu y ailles, le moment est venu !"

 

Pendant ce temps là, Maîtresse s'extrait de la voiture.

Je reste bouche bée!

Elle porte une tenue de cuir noir avec une jupe très courte, des "collants" verts qui brillent ("seraient-ils en latex?" me demandais-je), ainsi que des escarpins à talons aiguilles qui n'en finissent plus.

 

Je la rejoins le coeur battant.

salutation maîtresse

 

 

   Je me prosterne et baise ses pieds.

 

 

 

 

 

 

 

Elle m'enjoint de prendre ses bagages et de la suivre jusqu'à la réception. Je la suis comme son larbin (c'est à la fois bon et humiliant et ce d'autant plus que je me demande si le jardinier ou le couple arrivé juste avant ne nous aurait pas vu alors que je baisais ses pieds).

 

Nous arrivons à la banque d'accueil. L'hôtesse est d'un certain âge. Elle exprime une sorte de réprobation dans son regard. Je ne traîne pas pour payer la chambre et nous montons à la n°4.

 

    Bien entendu, je laisse Maîtresse y pénétrer la première et, après avoir posé les bagages, je reste là, debout, tête baissée.

 

Elle s'installe dans le fauteuil et me demande de me rapprocher. Je me tiens devant Elle, la tête baissée.

"- alors comme ça tu veux devenir mon esclave?

- oui, Maîtresse

- bien, bien,bien. mets-toi à quatre pattes"

 

"Ote-moi mes chaussures". Je prends l'initiative d'y déposer un baiser avant que de les lever car je veux lui montrer que je suis vraiment motivée. "Aujourd'hui donne toi à fond...sinon tu risques de rater l'examen" me dis-je.

 

"bien, baise-moi les pieds". Je me penche vers eux, l'odeur enivrante du latex vient agréablement chatouiller mes narines. Je ne pensais pas que j'aimerai un jour cet ennivrant parfum...  Je m'applique, jedépose révérencieusement des baisers, et par moment lui lèche les pieds .

 

"Voyons que je vois un peu à quoi tu ressembles. Je vais compter jusqu'à 10. Si à 10 tu n'es pas nue devant moi, tu seras punie" me dit-elle en tapotant sa main avec la badine qu'elle tient dans l'autre.

 

maitresse cravache 2 

"1................2....". Je m'active, je tente désespéremment d'y arriver, je déboutonne fébrilement ma chemise

 "mince nous en sommes déjà à 5...". Vite les lacets des chaussures...celle de droite "8...", Elle l'a fait exprés et que je ne pouvais y arriver. Elle est très forte. Quelle maîtrise, du grand Art!" me dis-je dans mon fort intérieur....."9"......................"10".

 

"Quand ta Maîtresse te demande quelque chose, tu dois obéir...

- oui Maîtresse

- tu vas être punie (en même temps j'apprécie et goûte son savoir faire. Elle m'a fait m'agiter comme un vers alors qu'elle savait très bien que je n'y arriverai pas. Et Elle a su me donner l'impression de me donner ma chance...à aucun moment elle n'a accéléré le débit du décompte. C'est du grand Art...)

-oui Maîtresse

- tu vas avoir dix coups de badine en punition. Je veux que tu les compte à haute voix

- Oui, Maîtresse; bien Maîtresse"

 

Elle se place derrière moi, baisse ma culotte sur mes cuisses et je ne tarde pas à sentir la première brûlure du premier coup. La force en est parfaitement dosée, cela fait mal sans que cela soit non plus trop cinglant.

"1....2......"

Je suis aux anges. A un moment, bien involontairement (car j'aime la douleur) je tressaille...Elle adapte la force des coups pour obtenir l'effet qu'Elle recherche.

 

Une fois terminé, elle me remonte le menton avec la main tenant la cravache et me montre dans son autre main un fouet "il arrive que je punisse mes esclaves avec ça!" me dit-elle en le remuant. Un frisson de crainte me parcourt..."un esclave doit obéir! t'as compris?"

 'oui, Maîtresse"

 

Elle se met à genoux sur le fauteuil, me tourne le dos et remonte quelque peu sa jupe.

    " on va voir si tu sauras donner du plaisir à ta Maîtresse. caresse-moi "  

 

J'applique mes mains sur ses hanches et commence à les faire aller et venir. Avec le latex, c'est un peu compliqué, elles ne veulent pas glisser et le caoutchouc plisse, grince et finit par bloquer mes gestes. Je tente des variantes...rien n'y fait vraiment...même avec le dos de mes mains qui, poilues devraient facilter la glisse....

 

Mon coeur s'emballe, l'excitation monte de plus en plus...je m'emporte et commence véritablement à lui faire l'amour...j'embrasse ses fesses...je varie les pressions....je m'aventure sur sa raie, ses rondeurs...j'y pose ma tête, ma face...Je sens que j'y arrive au moins un peu...Elle commence à rechercher les bonnes positions...les bons endroits où Elle m'attend.

 

Cela dure...un bon moment...voire un moment certain...mais je ne me rends compte de rien...je m'active...je prends du plaisir à lui en donner...mon souffle s'accélère...mes mains aussi.

"bien, ça suffit! remets-toi à quatre pattes"

 

Je m'exécute. Elle passe derrière moi et j'entends des bruits. Je me demande bien ce qui se prépare...

 

"viens... tourne toi"

Elle est là, allongée langoureusement sur le lit.

 

Elle me tend une cuissarde qui a de très hauts talons "tu as compris ce que je veux?

- oui Maîtresse".

Je m'agenouille au pied du lit et je glisse son petit pied dans le chausson. J'ai l'impression d'être le prince charmant qui choisit sa Reine et lui met ses chaussures de vair...bon...je retombe de mon petit nuage, le latex dans un chausson serré en cuir : pas évident. Nous bataillons...et après moults pressions de son pied sur le sol, nous y arrivons.

Je me sens très maladroite. La cuissarde en est vraiment une, les lacets font chacun deux mètres de long, les accroches sont une multitude, à chaque fois que j'en crochète une...le lacet se détend. L'enfer...et ce d'autant plus que je suis fébrile parce que je crains d'être trop lente et de la mécontenter.
    upox8y


   

 

 

Une fois chaussée, Maîtresse se tourne vers la rose qui est restée sur le lit et sur laquelle est toujours attachée la clef de ma Prison de Morgane.
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Pourquoi une rose jaune ?
- Parce que je l'ai trouvée belle Maîtresse et qu'elle ne pouvait qu'honorer votre beauté. Et puis il m'a semblé que c'était encore trop tôt pour vous offrir une rose rouge"

 Elle détache la clef et me demande d'approcher. Maîtresse défait la vis de sécurité et m'ôte la cage de chasteté.

Ma petite bîte reste misérablement pendante, sans réaction! Ce n'est pas faute d'excitation!

 

"retourne-toi et mets-toi à quatre pattes sur le lit". Impatiente et un peu inquiète je m'exécute. Je sens quelque chose d'humide que Maîtresse applique délicatement sur ma rondelle."du lubrifiant?" me demandais-je. 

Je n'ai pas le temps d'y réfléchir plus, que quelquechose  d'un peu froid et dur vient se présenter devant mon trou avant que d'y pénétrer et y faire délicatement son chemin. "hummm, c'est doouuux". ça se met à vibrer, puis à se gonfler quelque peu. Après m'être contractée, je me relâche et accueille l'objet avec délice.
"Hummm, je vois que tu n'es pas aussi serrée que tu le dis. En tout cas ta
 chatte sait se faire accueillante" dit-Elle en retirant l'objet.
   
Maîtresse se saisit alors de ma petite bite, la secoue un peu, soupèse mes noisettes tout en la regardant d'un air dégoûté.
 Elle est toujours pendante, inutile. Je n'ai pas bandé jusque là. En fait, je n'en
 suis pas vraiment étonnée. Je me vis tellement intensément comme une femelle que mes
  attributs de mâles ne peuvent que rester silencieux. Cela m'est déjà arrivé bien des fois et
  aujourd'hui est tellement plein qu'il ne peut en être autrement!
  " Mais qu'est-ce qu'on va bien pouvoir faire de ça ? Pas grand-chose assurément ! Qu'est-ce que tu en penses?"
-Non, Maîtresse pas grand-chose". Acquiesce-je tout en frémissant
Je réalise que désormais, les dés sont jetés ! Je ne suis pas prête de pouvoir un jour
 tremper à nouveau ma nouille qui brille aujourd'hui par son inutilité ! j'ai beau essayé de la faire se dresser, échec complet.

J'en frémis d'autant plus, que Maîtresse E., adepte du conditionnement hypnotique pourra me rendre à jamais impuissant si Ellle le décide, et que, cette première rencontre a pour objet de lui permettre de se faire un idée de ce qu'Elle pourra faire de moi. Au départ Elle envisageait que je devienne un plug sur patte afin que je satisfasse pleinement mon épouse. Maintenant cela n'aurait plus de sens de le tenter. Qu'en pensez-vous?

   

"Hummm, par contre, tu mouilles abondemment ma cochonne...on dirait que ça te plait, hein?". Elle prend un filet de mouille sur sa main ganté, et me le porte à la bouche.

"Allez, Tourne- toi et aide- moi !"
Je découvre Maîtresse porteuse d'un god-ceinture noir, fièrement tendu et arboré (ça
change de ma petite bite!) et d'une taille déjà respectable (je dirai 4 cm de
diamètre et 20 de long) !
Elle me montre la boucle de la ceinture ventrale et immédiatement je me mets
au travail (avec gourmandise!) ;
 "Lubrifie-le avec ta bouche ! "
J'enfourne l'engin et je commence à saliver tout en allant et venant. Je mets d'autant plus d'entrain que "lubrifier" veut dire que je vais me le prendre...
 
 "ça suffit ! Tourne-toi !"
Je ne me le fais pas dire deux fois, et j'attends, j'attends, mais rien ne
 vient.
 "Tu en as envie hein ma salope ?
  - Oui Maîtresse j'en ai envie.
  - Dis-moi que tu veux devenir ma putain, mon esclave !
  -Oui, Maîtresse je le veux" dis-je d'une voix chevrotante sous le coup de l'émotion. "Enfin, ce désir qui m'habite depuis tant d'années devient réalité" pensais-je
-"Mieux que ça! Je veux t'entendre me le dire !
-Oui, Maîtresse. Merci de bien vouloir faire de moi votre votre putain, votre esclave ! " dis-je alors avec énergie et volontarisme tout en pensant "Cette séance est riche de tant de promesses, qu'il n'est pas question que tu puisses paraître mitigée". j'ai envie de crier cette déclaration et croyez que seul le fait de savoir que nous sommes dans un hôtel bourgeois m'en empêche.   

 

En récompense, je sens alors son vit se presser contre ma chatte qui s'ouvre avec envie."Ouf! j'ai été suffisamment enthousiaste" me félicitai-je intérieurement. 

Maîtresse, tenant compte vraisemblablement du fait que je lui avais dit être serrée, ne me pénètre pas à la sauvage, mais entre délicatement puis commence à aller et venir lentement. C'est vraiment délicieux...je suis aux anges...je goûte chaque relief de son membre et une douce chaleur m'envahit.

   

Spontanément je m'enhardis et commence à remuer mon cul. Une envie d'en avoir  encore plus m'emporte."
"Oh...oh, calme-toi ! Apprends que le plaisir à l'esclave c'est moi exclusivement qui le décide et le donne ! "
   

Je m'arrête immédiatement et me contente de savourer ce qui m'est octroyé en tentant de rester de marbre. (trop) rapidement Maîtresse s'arrête. Je la remercie comme Elle me l'a ordonné à chaque attention de sa part. Tout en trouvant cet épisode trop court, ces remerciemements sont d'une sincérité extatique (et pour cause...).
   
Elle me demande alors de la  "déséquiper". Une fois libérée Elle s'allonge sur le lit.
"Caresse moi et montre moi que tu veux vraiment entrer dans mon cheptel !"
Je me rapproche et lui caresse le haut des cuisses l'entre-jambe,les fesses.J'approche mon visage et par moment je lèche. Je retrouve alors l'odeur du latex qui m'est devenue douce et entêtante (et qui certainement parfois se révèlera dure!).
Petit à petit la passion me gagne.

tete entre les jambes esclave maitresse


Petit à petit je me libère et je me mets véritablement à lui faire l'amour
(ne le dites pas à ma Femme, elle pourrait en devenir jalouse!).
Je m'active tant et si bien que je finis par lui inspirer du désir (j'espère
 que Maîtresse ne va pas me lire, Elle va sûrement trouver que je manque de
 modestie...(comme Elle me l'a d'ailleurs fait remarquer lors d'un court débriefing au moment de partir).

 

Maîtresse me demande alors d'ouvrir la fermeture éclair principale de sa combinaison en latex pour qu'elle puisse sortir son clitoris.

  

Je l'enfourne alors avidement et me fait un devoir d'utiliser savamment mes lèvres, ma langue, mon palais, mes joues.
Je finis par basculer dans une autre dimension, un autre temps où rien d'autre ne compte que d'être un objet de plaisir, son objet de plaisir.
 "Tu suces bien ma salope. vas-y continue...." me dit-Elle d'un air songeur. Elle se met à penser tout haut. "Je me demande si je ne devrai pas te faire tapiner. Je pourrai me faire un sacré pognon...non, je ne peux quand même pas"
    Maîtresse me confie ce genre de réflexion à plusieurs reprises. A chaque fois Elle me regarde comme un objet de curiosité. Il me semble qu'Elle recherche mon assentiment bien que comme je m'applique encore plus à chaque fois qu'Elle en parle, il est impossible qu'Elle n'ait pas compris que cela fait partie de mes fantasmes les plus extrêmes et les plus désirés.


"A la réflexion, je vais t'appeler vagin...tu seras mon vagin sur patte !"

Ouahou! Elle me donne un nom !!!" Cela voudrait-il dire que j'ai réussi mon examen ?" Je n'ose pas
 le Lui demander, mais heureuse, je ne m'en active que d'autant plus.
   
Une sonnerie retentit...
C'est mon téléphone portable qui me signale un appel de mon Epouse.
Il est déjà bien tard, Elle s'inquiète.
    

Maîtresse est d'accord pour que nous arrêtions là, je peux

donc rappeler ma Femme pour La rassurer et lui dire que je ne vais pas tarder.
   
Maîtresse dans sa bonté, me dispense de participer au rangement de la chambre.
 Je me rhabille donc, puis lui baise Les pieds en guise d'au revoir. 

"A trés bientôt j'espère..."
    
Je sors, il fait encore jour.
J'ai l'impression de débarquer d'une autre planète (ce qui n'est pas si faux que cela...)

Je suis sur un petit nuage, la tête, l'âme, le corps encore pleins de sensations.

 

Je suis pleine de l'espoir d'avoir enfin trouvé la personne à qui je vais pouvoir me donner corps et âme...  

 

 

Par Dressage et humiliation de Lola la pute - Publié dans : soumission permanente - Communauté : plaisirs SM
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Vous avez aimé ce blog?

Il existe un système de classement des blogs sur Erog selon leur popularite.

Commenter les articles, voter directement pour ce blog ou vous inscrire à la news letter vient booster le Blogrank et le classement et ainsi m'encourager à le tenir à jour.                        

  •                                       
      • Hier (mercredi 9 novembre 2016):

        • 236 pages vues (+119% j-7)
        • 70 visiteurs uniques (+40% j-7)
      • Privilège et votre niveau est 58Votre Blogrank
    •  

      • 236 pages vues (0% j-7)
      • 70 visiteurs uniques (0% j-7)
      •                            

Présentation

Images Aléatoires

  • tumblr mva0o9tb3B1r9jgtzo1 500
  • tumblr n8dv78uAva1sgft1ao1 1280
  • tumblr mvtk42e4qM1swngf9o1 500
  • tumblr n42bynTtzr1qcaj6zo1 1280
  • Olga-sexy

Derniers Commentaires

Catégories

Calendrier

Décembre 2016
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés